Nèbre : le vieil Evenos Des panoramas époustouflants Barre des Aiguilles du Cimaï Le Fort de Pipaudon Sainte Anne d'Evenos
fontsizeup fontsizedown

Commémoration de la libération d’Evenos

Accueil > L’Agenda > Commémoration de la libération d’Evenos

Le 21 août 2018, la Commune d’Evenos célèbrera le 74ème anniversaire de la Libération du village.
De nombreuses personnalités seront aux côtés de Madame Blandine Monier, Maire d’Evenos, de ses élus, et des ébrosiens et ébrosiennes pour ce moment d’hommage et de recueillement.

Ce jour a une signification particulière pour les ébrosiens qui se retrouvent chaque année avec émotion devant le monument aux morts d’Evenos pour rendre hommage au Lieutenant de Vaisseau Louis Revel, officier marins pompiers de Toulon, commandant le 3ème RTA, et au Maréchal des logis du 7ème régiment de chasseurs d’Afrique, André Magnien.

Le Lieutenant de Vaisseau Louis REVEL fut tué lors d’une escarmouche le 21 août 1944. Il venait de prendre des instructions et de l’armement à l’État-major des troupes de libération au REVEST et il regagnait Toulon en passant par le Croupatier pour éviter les allemands présents dans les quartiers nord de Toulon.
Il avait 28 ans et déjà un passé glorieux.
Il s’était notamment opposé à l’entrée des troupes allemandes dans l’arsenal de Toulon au cours du sabordage de la Flotte.
Aujourd’hui, il repose au carré militaire du cimetière de Lagoubran à l’ouest de Toulon. La stèle du Croupatier marque l’endroit où il fut provisoirement inhumé.

Le Maréchal des logis André MAGNIEN, chef du char Tank Destroyer Dragon 2, fut, quant à lui, tué à l’âge de 23 ans, ici même.
Après le débarquement de Provence, les troupes alliées fonçaient sur Toulon.
Elles passèrent notamment par Evenos où le fort Pipaudon était tenu par les Allemands.
Le 7ème RCA partit à l’assaut d’Evenos et de sa forteresse. Arrivé en vue de Pipaudon, devant le monument aux morts, leur char, sous le commandement du lieutenant de Rochambeau, reçut l’ordre de tirer sur l’objectif. Mais des obus tirés du Gros Cerveau s’abattirent sur eux. André Magnien fut tué par un éclat d’obus alors qu’il descendait à terre pour régler le tir de son char.

Article publié le 5 mai 2018 - Lu 111 fois.
Commémoration de la libération d'Evenos

0 | 5