Nèbre : le vieil Evenos Des panoramas époustouflants Barre des Aiguilles du Cimaï Le Fort de Pipaudon Sainte Anne d'Evenos
fontsizeup fontsizedown

Moustique tigre

Accueil > L’Actualité à Evenos > Moustique tigre

COMMENT LE RECONNAITRE ET ÉVITER SON DÉVELOPPEMENT ?

LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE : C’EST L’AFFAIRE DE TOUS !

Originaire d’Asie du Sud Est, le moustique tigre (Aedes albopictus) a su profiter du développement des transports pour faire son apparition en France au début des années 2000 et ne cesse de gagner du terrain. En 2015, il était présent dans une trentaine de départements. En 2018, 42 départements sont officiellement colonisés, et plusieurs départements ont observé sa présence de façon sporadique.
Particulièrement nuisible, car piquant principalement le jour, il est vecteur potentiel de maladies comme la dengue, le chikungunya ou le zika.

Comment le reconnaître ?

Différences entre le moustique commun et le moustique tigre
Source photo : moustique-tigre.info

Comment éviter son développement ?

Par une action individuelle et collective consistant à supprimer les lieux de ponte potentiel et à lui bloquer l’accès à l’eau.

Tous les moustiques ont besoin d’eau pour se reproduire. Chaque femelle du "moustique tigre" peut pondre 200 œufs qui se transforment en larves puis en moustiques au bout de 7 jours.
En supprimant les points d’eau stagnante autour de son domicile, on élimine les lieux de ponte éventuels.

Voici les recommandations de l’ARS PACA :

Eviter et vider les eaux stagnantes

  • Vider les coupelles des plantes et tout ce qui retient de petites quantités d’eau (jouets des enfants, mobiliers et décorations de jardin, pneus usagers…).
  • Changer l’eau des vases et photophores au moins toutes les semaines. Idéalement remplacer l’eau par du sable humide.
  • Bâcher ou recouvrir d’une moustiquaire les réserves d’eau (fût, bidon, piscine).
  • Attention aux gîtes naturels : creux d’arbres, bambous cassés dont chaque tige brisée et creuse devient alors un réceptacle. Les vider.
  • Ramasser les déchets verts, eux aussi peuvent devenir des récipients d’eau et abriter les œufs du moustique.
  • Etre vigilant et ranger à l’abri de la pluie tout ce qui peut contenir de l’eau (seaux, arrosoirs).

Eliminer les lieux de repos des moustiques

  • Débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies.
  • Elaguer les arbres.
  • Ramasser les fruits tombés et les débris végétaux.
  • Réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage).
  • Entretenir votre jardin.

Protéger votre habitation

  • Il est important de vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées.
  • Siphon de cour piège à sable : maintenir à la surface une pellicule d’huile blanche végétale.
  • Gouttière  : penser à retirer les feuilles ainsi que tous les végétaux et tous les encombrants. Si après entretien, l’eau continue de stagner : il faut retirer et remplacer les éléments hors d’usage. Si ce n’est pas possible, vérifier le bon écoulement des gouttières, les faire réparer si elles sont en mauvais état.
  • Après de fortes intempéries (pluie, vent), s’assurer de l’évacuation normale de l’eau. Il est recommandé également de percer en leur point bas les gouttières par un trou de 10 mm de diamètre et bétonner les regards jusqu’au niveau d’évacuation.
  • Vide sanitaire : il suffit de placer une grille moustiquaire aux bouches d’aération.
  • En cas d’inondation, prévoir de réparer les conduites endommagées. Conseil : cuveler en cas de risque permanent d’inondation.
  • Fosse septique : pour assurer une bonne étanchéité il faut poser un couvercle ou changer les joints de la fosse.
  • Climatiseurs : penser à vider les retenues d’eau.

>>Téléchargez la plaquette élaborée en collaboration avec le Conseil Général du Var et l’ARS.
>>Téléchargez la plaquette de l’ARS : "Ne laissons pas les moustiques s’installer"

CHIKUNGUNYA ET DENGUE : DEUX MALADIES TRANSMISES PAR LE MOUSTIQUE TIGRE

Le chikungunya

“Le virus Chikungunya (qui signifie en swahili “marcher courbé”, en raison des fortes douleurs articulaires qu’il provoque) est un arbovirus transmis par un moustique du genre Aedes. Il circule surtout en Afrique de l’Est, en Asie du Sud-est et dans le sous-continent indien. Environ 4 à 7 jours après la piqûre de moustique infectante, une fièvre élevée apparaît brutalement. S’y associent alors typiquement d’importantes douleurs articulaires et musculaires touchant les extrémités des membres (poignets, chevilles, phalanges), des œdèmes, des céphalées et, parfois, une éruption cutanée. Des hémorragies bénignes à type d’épistaxis et de gingivorragies peuvent survenir, surtout chez les enfants”.
Sources : Institut de veille sanitaire.

Ces sites officiels vous donneront des informations fiables concernant le Chinkunguya :

La dengue

“La dengue est une maladie virale transmise par les moustiques du genre Aedes (Aedes aegypti dans la Caraïbe). On distingue quatre sérotypes différents du virus de la dengue (DEN-1, DEN-2, DEN-3 et DEN-4). L’absence d’immunité croisée entre les sérotypes, permet des infections successives chez un même individu. L’être humain représente à la fois le principal réservoir naturel pour les virus de la dengue et le disséminateur de la maladie. La maladie se traduit par une forte fièvre accompagnée de maux de tête, de courbatures et d’asthénie qui peut durer plusieurs semaines. Elle survient 2 à 7 jours après avoir été piqué par un moustique infecté. La dengue est une maladie pour laquelle il n’existe ni traitement préventif, ni traitement spécifique, ni vaccin. La guérison s’accompagne d’une convalescence d’une quinzaine de jours. C’est une maladie qui, dans la majorité des cas, ne présente pas de complications”.
Sources : Institut de veille sanitaire.

UN DISPOSITIF DÉPARTEMENTAL

L’Etat (Préfectures, ARS, CIRE,…) et les Conseils Départementaux ont mis en place, dans chaque département concerné, un comité de pilotage chargé de suivre le plan de lutte contre la prolifération de ce moustique.

Ce sont les Conseils Départementaux qui financent les démarches de surveillance, de prévention et de lutte antivectorielle. Dans notre région, ils en ont confié la mise en œuvre à l’EID Méditerranée (Entente Interdépartementale pour la Démoustication du littoral Méditerranéen).
Consultez ici l’Arrêté du 16 mars 2015 relatif aux modalités de mise en œuvre du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue dans le département du Var

  • Moustique tigre Campagne 2018
  • Plaquette Moustique tigre : limiter son développement

Article publié le 8 juin 2018 - Lu 259 fois.