fontsizeup fontsizedown

Projet LNPCA : Lettre au Président de la République et aux députés

Accueil > L’Actualité à Evenos > Non à la LNPCA ! > Projet LNPCA : Lettre au Président de la (...)

La commune d’Evenos ainsi que la Communauté d’Agglomération Sud Sainte-Baume se mobilisent aux côtés du Collectif Stop LGV Sud Sainte Baume.

  • Le 4 février 2019, la Motion contre la LNPCA de la Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume (PDF) a été adoptée à l’unanimité en Conseil communautaire.
  • Le 28 février 2019, Evenos interpelle les députés et le Président de la République par une lettre que vous trouverez ci-dessous, et qui alerte l’État sur la position unanime de l’ensemble des élus du territoire Sud Sainte Baume contre ce projet d’aménagement d’une ligne ferroviaire nouvelle entre Marseille et Nice.
  • Le 1er mars 2019, la Motion contre la LNPCA d’Evenos (PDF) est adoptée à l’unanimité par les élus en conseil municipal.

Nous vous invitons à consulter la lettre adressée par la commune aux députés et sénateurs

Mise à jour du 19/04/2019 : consultez les réponses que nous avons reçues en suivant ce lien>>

Evenos, le jeudi 28 février 2019
Madame Blandine MONIER
Maire d’EVENOS
 
à
 
Madame la députée, Monsieur le député
 
Madame la députée, Monsieur le député
 
Un projet de loi dit de " Mobilité" va être présenté prochainement au Parlement.
 
Il comporte un projet de ligne ferroviaire nouvelle dans la région Provence-Alpes-Côte d’ Azur, LNPCA, entre Marseille et Nice, qui conduirait à la création d’une nouvelle ligne (parallèle à l’existante de seulement quelques kilomètres).
Notre territoire est impacté par la phase 2 du projet de cette ligne nouvelle.
 
Le projet LNPCA indique clairement que la phase 2 du projet de ligne nouvelle Provence Côte d’Azur ne sera pas la fin du projet :
"Concernant la ligne nouvelle Provence Côte d’Azur, celle-ci doit permettre de constituer un système ferroviaire performant reliant les trois principales métropoles Marseille, Toulon et Nice. Il vise à faciliter les déplacements à l’intérieur de la région en améliorant la qualité de l’offre de services ferroviaires. Les travaux de la 1ère phase du projet (aménagement du plateau de la gare Saint-Charles à Marseille, première phase de l’aménagement du pôle d’échange multimodal (PEM) de Saint-Augustin à Nice, aménagement de la gare de la Pauline à l’est de Toulon) seront engagés dans la période 2018 - 2022. En parallèle, les études seront menées sur la 2ème phase du projet (gare souterraine de Marseille, 4ème voie partielle dans la vallée de l’Huveaune, aménagement de la ligne classique Cannes - Nice, doublement de la bifurcation de Grasse) en vue d’un lancement de l’enquête d’utilité publique dans la période 2018 - 2022. Les études seront enfin poursuivies afin de préciser les tracés et les emplacements des gares nouvelles des phases ultérieures du projet."
 
Depuis 2014, il apparait clairement que tout pousse dans le sens de la mise en place de la 2ème phase.
Notre attention a été attirée par le principe de base du projet de loi dans lequel on peut lire :
 
"Les enveloppes les plus importantes iront tout d’abord aux grands projets ferroviaires, et notamment aux lignes nouvelles."
 
Seulement, cela est en totale opposition avec cet autre paragraphe de la loi :
 
"Après la construction progressive du réseau et de l’offre TGV depuis 4 décennies, il est désormais nécessaire d’orienter les investissements de développement dans le transport ferroviaire en priorité vers les déplacements du quotidien et, pour cela, vers la création de capacités supplémentaires dans les principaux nœuds ferroviaires. Il faut faire dans nos grandes métropoles l’équivalent de ce que la construction du réseau express régional a permis en Ile-de-France, en transformant des lignes radiales en des liaisons transversales rapides, fréquentes et interconnectées. "
On voit bien que les nœuds ferroviaires deviennent une excuse pour financer les phases 2 du projet de ligne nouvelle.
 
De plus, le président de la République avait déclaré publiquement début juillet 2017, lors de l’inauguration de la ligne TGV Rennes-Paris, l’abandon de tels projets au profit de l’amélioration des transports du quotidien.
 
Il me semble important de porter à votre connaissance que l’ensemble des élus de la Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume sont opposés à ce projet.
Il faut savoir que le Conseil Régional PACA a entrepris, de concert avec la SNCF, des travaux importants de réfection et d’ amélioration de la ligne actuelle, qui n’ est pas saturée, rendant ainsi ce moyen de transport amélioré au quotidien et répondant aux besoins énoncés et aux vœux exprimés par la population (4 TER par heure).
 
Dès lors, le projet d’une nouvelle ligne n’est pas opportun, puisqu’ il est inutile, dispendieux et qu’il détruirait l’environnement et les nappes phréatiques du Sud Sainte Baume, selon des experts géologues.
 
La phase 1, estimée à 10 milliards d’Euros, consiste principalement pour Marseille à creuser un tunnel de 10 km sous le métro soit quasiment au niveau de la mer dans un sol de conglomérat, source de dépassements budgétaires prévisibles ce qui serait un véritable scandale financier, dont les décideurs seraient les seuls responsables.
 
Pour son ensemble, soit de Marseille à Nice, ce projet a été estimé en 2009, à la somme exorbitante de ... 20 milliards d’euros.
Compte tenu des finances de notre pays avec ses 2 300 milliards d’euros de dette et de celle de la SNCF, il serait inadmissible d’engager la France dans de tels travaux qui pèseraient sur les finances publiques pour de nombreuses décennies. La seule urgence est la rénovation des voies existantes ou la remise en état de voies fermées comme celle de Carnoules-Gardanne qui pourrait desservir le centre Var et les zones industrielles traversées.
 
Il y a urgence à réduire les investissements publics au strict minimum. C’est à ce titre que nous vous appelons à supprimer la ligne nouvelle LNPCA du projet de loi sur la mobilité.
 
Et vous l’aurez bien compris, le territoire Sud Sainte Baume a besoin de façon urgente d’une rénovation et d’une modernisation du fonctionnement des voies existantes qui ont été laissées à l’abandon depuis de trop nombreuses années, rendant les transports du quotidien incertains.
 
Je vous remercie de l’attention que vous porterez au positionnement des élus du territoire et vous prie d’agréer, Madame la députée, Monsieur le député, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
 
Blandine MONIER
Maire d’Evenos
Vice-Présidente de la Communauté
d’Agglomération Sud Sainte Baume
 
P.J. : motions signées par tous les élus de la Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume et par les élus de la commune d’Evenos lors du conseil municipal du vendredi 1er mars 2019.

Découvrez les réponses que nous avons reçues du Chef de Cabinet du Président de la République et de nos Députés dans notre article "Projet LNPCA : Les réponses reçues du Président de la République et de nos députés"

Article publié le 8 mars 2019 - Lu 123 fois.